L’Artisan du Corset

 

83 rue du faubourg st Martin 75010 Paris
Site WEB
contact@artisanducorset.com

  • Je vous invite à découvrir « l’atelier du corset » au 83 rue du faubourg saint Martin, une adresse discrète, en fond de cour, vous êtes arrivé à l’atelier de Blandine, créatrice de corsets.
    Originaire d’un village du Pas-de-Calais et venue à Paris pour ses études de musicologie, elle  installe son atelier dans le 10ème …
    et pour notre plus grand plaisir Blandine accepte de nous raconter comment son chemin a croisé le monde du Corset.

    l'artisant du corset

  • Blandine, “l’artisan du Corset” :
    Dans ma famille, j’avais une grand-tante couturière, ma mère aussi a toujours eu l’habitude de confectionner, de temps à autre, ses vêtements. Moi, J’ai commencé à pratiquer la couture en autodidacte, quand j’ai voulu reproduire des objets ou vêtements à la mode, aperçus dans les boutiques et que je ne pouvais me procurer. Ma mère m’a alors appris à utiliser la machine à coudre pour réaliser “le sac” que toutes mes copines du collège avaient… Après ce premier pas,  j’ai continué à confectionner mes premiers vêtements, ce n’était pas des grandes réussites mais cela me convenait et je prenais du plaisir à les réaliser même si cela restait occasionnel.

    Quand je suis arrivée à Paris, la machine à coudre ne me manquait donc pas plus que ça. Cependant un jour, j’ai eu l’envie de réaliser un sarouel et j’ai acheté du tissu, du fil et des aiguilles pour le coudre à la main. Le résultat était pas mal mais quand je suis rentrée en weekend chez mes parents,  j’ai voulu reproduire le même sarouel avec la machine, ainsi j’ai retrouvé le goût d’utiliser la machine à coudre et voyant cela,  je me suis vu offrir par ma famille une machine à coudre pour Noël…

    impasse martini

    J’ai alors commencé à faire diverses expérimentations, des poupées, des vêtements… J’ai aussi reçu des tissus de ma grand-tante, dont un qui m’avait particulièrement attiré. Je l’ai laissé dans un coin jusqu’à ce que je sache quoi à en faire. Peu de temps après, une amie m’a parlé d’un très beau tissu qu’elle envisageait de faire réaliser en corset à ses mesures. Je me suis rendue compte que le tissu de ma grand-tante collait exactement à ce vêtement et c’est ainsi que j’ai créé mon premier corset. Dès lors, je n’ai plus arrêté. J’en ai fabriqué un deuxième puis un troisième et ainsi de suite jusqu’à avoir une collection bien remplie.
    Le souci, était que je n’avais jamais appris à coudre dans les règles de l’art et que l’à-peu-près en corseterie, ce n’est pas envisageable. C’est à cette période que j’ai découvert l’École du Corset, et durant une année je me suis perfectionnée, et à la fin de ma formation, je décidai de m’installer…


  • Blandine, “l’artisan du Corset” :
    Ma clientèle est variée,  des particuliers qui font appel à moi et à ma vision du corset que j’aime rendre  comme vêtement contemporain et quotidien, et aussi des demandes de couturiers qui veulent notamment des corsets à positionner sous les robes de soirée.

    l'artisant du corset
    Le corset ou les robes corsetées s’adressent aussi aux mariées qui osent porter une pièce d’exception comme celle-ci.
    Dans le corset, j’aime à la fois le côté épuré des lignes qu’il confère en épousant les formes et j’aime aussi le fait de pouvoir accessoiriser le corset en l’embellissant avec des perles ou des dentelles…
    L’image du corset reste parfois connotée, mais j’essaie de montrer à tous qu’il est possible de l’envisager comme un vêtement confortable et qui s’adresse aux femmes d’aujourd’hui.

  • Blandine, “l’artisan du Corset” :
    J’habite le dixième depuis mon arrivée à Paris. C’est grâce au conservatoire que j’ai fréquenté plusieurs années que je suis ici et lorsque je me suis installée en tant que corsetière, il était logique de rester dans ce quartier que j’aime. En plus, il commençait à changer de manière positive et les petits commerces étaient de plus en plus nombreux. D’ailleurs, j’ai adoré me rendre dans la mercerie qu’il y avait quelques numéros plus bas et qui était devenue mon adresse préférée du quartier. Je suis tellement déçue qu’elle soit fermée…

    impasse martini
    Je suis avec beaucoup d’intérêt la vie du quartier, via les réseaux sociaux ou les journaux qui paraissent dans l’arrondissement. C’est au fil de mes pérégrinations sur internet que je suis arrivée sur la page de l’Impasse Martini et je suis très heureuse de savoir que notre beau quartier est ainsi valorisé ! J’espère que ça permettra à tous les acteurs de la vie de quartier, visible, ou moins visible comme moi, depuis la rue, de montrer que ça bouge par ici !
    Merci Blandine de nous avoir fait partager ton parcours et vous pouvez via les  Journées Européennes de Métiers d’Art visiter son atelier et découvrir un savoir faire, sur simple rendez-vous, contact@artisanducorset.com  le samedi 2 et le dimanche 3 avril prochains, bonne visite … (im)

CONTACT / Sites connectés :
Share
Share